Jeu de paume

Le jeu de paume est un jeu de balle  pratiqué depuis près d'un millénaire.
Initialement joué à main nue ou gantée de cuir, il est ensuite devenu un
sport de raquettes. Il est l'ancêtre direct de la pelote basque, de la pelote
valencienne, de la balle pelote, du jeu de balle au tambourin, du tennis et plus
généralement de tous les sports de raquette.

Le jeu de paume est également associé au Serment du Jeu de paume, un des
événements majeurs du début de la Révolution française, et à la Galerie
nationale du Jeu de Paume, musée parisien.

Source

Qui au hasard a l'activité Jeu de paume dans son profil sur Coacto ?

sifish

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Raquette



A savoir ...

La paume consiste à se renvoyer une balle, appelé un éteuf, au-dessus d'un
filet à la manière du tennis  et se pratique en individuel (1 contre 1) ou en
double (2 contre 2), mais aussi à 3 contre 3 ou 4 contre 4 pour les variantes
dites de longue paume. La façon de compter les points (15, 30, 40 et jeu) est
toujours utilisée au tennis. L’origine de la forme de comptage n’est pas
clairement établie. Le port d’un gant de cuir afin de protéger la main qui
frappe la balle se généralise à la fin du XIIIe siècle. La paume se pratique
à l’origine en plein air, mais dès le XIVe siècle les terrains de jeu sont
couverts d’un toit donnant naissance aux salles de Jeu de Paume, aussi
appelés « tripots ».

Première mention d’une raquette pour jouer au jeu de paume en 1505 qui se
jouait précédemment à main nue ou ganté de cuir. Le battoir, raquette pleine
en bois, était apparu au siècle précédent. La raquette, à la différence du
battoir, possède un cordage en chanvre ou en boyau. Le XVIe siècle qui
s’ouvre sur cette innovation est l’âge d’or du jeu de paume en France. La
pratique à main nue perdure, certains matches opposant même les tenants des
deux écoles, des quatre même :

     * main nue
     * main gantée
     * battoir
     * raquette

En 1610, les paumiers se constituent en corporation. Les abus du raz-de-marée
de la paume en France se devaient d’être corrigés. Certains paumiers peu
scrupuleux n’hésitaient en effet pas à bourrer leurs éteufs de pierres
provoquant des accidents, parfois mortels ; le frère de Montaigne décède
ainsi. De nombreuses salles sont fermées tandis qu’une réglementation
stricte (c’est le principe même d’une corporation) encadre désormais la
production des éteufs et des raquettes.