Hautbois

Terme générique, le hautbois est un instrument de musique à vent de la
famille des bois, de perce conique et dont le son est créé par la vibration
d'une anche double au passage du souffle. Son timbre peut être puissant et
sonore ou doux et charmeur, clair et nasillard ou plein de rondeur et de
chaleur. Un joueur de hautbois se nomme un hautboïste.

Connu dès l'antiquité, l'instrument a évolué dans l'espace et dans le temps
avec une diversité qui n'a d'égale que la créativité des civilisations et
cultures dans lesquelles cet instrument est encore utilisé de nos jours. Les
hautbois traditionnels (bombarde, cornemuse, duduk, gaïta, hichiriki et autre
zurna) et les hautbois modernes (musette, hautbois, hautbois d'amour, cor
anglais et hautbois baryton, hautbois baroque, hautbois classique) forment une
grande famille aux multiples facettes.

Utilisé en solo, musique concertante, musique de chambre, orchestre symphonique
ou bande de hautbois, le hautbois moderne désigne à l'orchestre l'ensemble de
la famille. Selon Hector Berlioz, « le hautbois est avant tout un instrument
mélodique ; il a un caractère agreste, plein de tendresse, je dirais même de
timidité. La candeur, la grâce naïve, la douce joie, ou la douleur d’un
être faible, conviennent aux accents du hautbois : il les exprime à merveille
dans le cantabile. »

Les œuvres pour hautbois sont essentiellement issues des répertoires baroque
(Johann Sebastian Bach), et classique (Wolfgang Amadeus Mozart), puis du
renouveau du XIXe siècle (Robert Schumann) à nos jours (Nicolas Bacri).

C'est aussi le nom de l'un des jeux d'anche de l'orgue : voir Hautbois (orgue).

Source

retour à la catégorie Musique



A savoir ...

De nombreux vestiges offrent des représentations des mizmars égyptiens, de
l'aulos grec, simple ou double, signalé par Homère dans l'Iliade : « Et l'on
entend sur Thèbes en flammes le son des auloï », ou des tibiae romaines en
roseau.

Les zurnas ou les zurlas se jouent encore aujourd'hui de la Turquie à la
Tunisie ou en Macédoine ; les doudouks sont d'origine arménienne, les
toroksips et les tárogatós de Hongrie, les surnajs de Russie ; les alghaitas
se retrouvent dans toute l'Afrique et même jusqu'en Birmanie ; les shenaïs
sont utilisés dans la musique traditionnelle du nord de l'Inde, les nagasvarams
plus au sud ; la Thaïlande a ses pinais ; en Chine, ce sont les suonas et au
Japon les hichirikis. A Cuba, la trompette chinoise est une sorte de suona
chinois jouée durant les carnavals. En Bretagne (France), la bombarde est
traditionnellement sonnée en couple avec la cornemuse bretonne, le biniou.