Harpe

La harpe est un instrument de musique à cordes pincées de forme le plus
souvent triangulaire muni de cordes tendues de longueurs variables dont les plus
courtes donnent les notes les plus aigües. C'est un instrument asymétrique,
contrairement à la lyre dont les cordes sont tendues entre deux montants
parallèles.

Source

Qui au hasard a l'activité Harpe dans son profil sur Coacto ?

kopke JenGen

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Musique



A savoir ...

Dans la prehistoire il existait deux sortes de harpes : la harpe arquée et la
harpe angulaire. Elle est, avec la flûte et certains instruments à percussion,
l'un des plus anciens instruments de musique. Elle est peut-être née de
l’arc musical dont la corde, tendue et relâchée, vibre et émet un son.

D'origine orientale, les premiers vestiges datent d’environ 3500 ans avant
Jésus-Christ, elle est connue des musiciens de l'Égypte antique, comme de
Sumer et de Babylone. La harpe s'est répandue à travers les diverses
civilisations et tous les continents sous des formes différentes.

La harpe était un instrument universel : on la célèbre sur tous les
continents et toutes les catégories sociales s'expriment à travers son art.

En Europe, elle est signalée au sud-est de l'Écosse sur les pierres « pictes
» aux alentours du IXe siècle après J.-C., et en Irlande pendant le haut
Moyen Âge. Elle a alors pris sa forme moderne : triangulaire, apparemment
posée sur la pointe, et dotée de la colonne qui relie la console (où
s'accrochent les cordes) au bas de la caisse de résonance. Son usage se répand
ensuite sur tout le continent.

Le nombre de cordes et la forme variaient en fonction de l’évolution des
civilisations, des besoins de la musique, de la technique de fabrication et de
l'exigence d'inépuisables raffinements musicaux.
Le roi David avec des musiciens, Chroniques de Rudolf von Ems

La harpe médiévale reste immuablement diatonique (échelle diatonique), alors
que le chromatisme envahit peu à peu la musique. À la Renaissance on utilise
encore des harpes diatoniques (Gargantua de Rabelais apprend à jouer de la
harpe). Mais le manque de chromatisme entraîne une désaffection de
l'instrument au profit du luth et des instruments à clavier en train de
naître. Pour pallier ce handicap, les luthiers italiens construisent la arpa
doppia, la harpe double contenant deux rangées de cordes parallèles. C'est
alors que, en 1697, un luthier bavarois, Hochbrücker, imagina un mécanisme
qui, à l'aide de pédales permit d'effectuer certaines modulations.

Cette harpe fut introduite en France en 1749. C'est une harpe à simple
mouvement. C'est vers 1800 que le célèbre facteur de pianos, Sébastien
Érard, invente le fameux mouvement à fourchettes qui va permettre à la harpe,
de rivaliser à nouveau avec les autres instruments chromatiques. Pour des
raisons pratiques, en privilégiant de passer une pédale au lieu d'une autre,
les harpistes ont souvent recours aux homophones ou notes enharmoniques
(homophonie). Pour répondre à ces critiques, en 1894, Gustave Lyon, directeur
de la maison Pleyel, essaya de reprendre le principe des harpes chromatiques à
double rangées de cordes croisées. Debussy composa pour cet instrument ses
Danses sacrées et profanes. Le succès de cette harpe fut cependant de courte
durée et à la mort de Gustave Lyon en 1936, elle disparut presque
complètement de la vie musicale. Les danses sont maintenant jouées sur la
harpe à pédales (double mouvement), car le système de fourchettes s'est
considérablement amélioré.