Clarinette

La clarinette est un instrument à vent de la famille des bois caractérisée
par son anche simple et sa perce approximativement cylindrique. Elle a été
créée vers 1690 par Johann Christoph Denner (1655-1707) à Nüremberg sur la
base d'un instrument à anche simple plus ancien : le « chalumeau ». La
clarinette soprano (en siflat) est le modèle le plus commun.

La perce cylindrique de la clarinette la distingue du hautbois et du saxophone,
tous deux à perce conique, et lui confère une aptitude au quintoiement. Son
timbre chaud dans le registre grave, peut s'avérer extrêmement brillant voire
perçant dans l'aigu.

De tous les instruments à vent, la clarinette possède la plus grande tessiture
avec trois octaves plus une sixte mineure, soit 45 notes en tout. Elle se
décline en une famille d'instruments presque tous transpositeurs, depuis la
clarinette contrebasse jusqu'à la clarinette sopranino, couvrant ainsi toute
l'étendue d'un orchestre symphonique. À l'exception des percussions, la
clarinette est l'instrument qui possède la plus grande famille.

On utilise la clarinette dans la musique classique et traditionnelle ainsi que
dans le jazz. Parmi les compositions célèbres pour cet instrument, on peut
citer le Concerto pour clarinette de Mozart.

Source

Qui au hasard a l'activité Clarinette dans son profil sur Coacto ?

Darknox pepin Valsalserita

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Musique



A savoir ...

Le chalumeau européen du Moyen Âge fut sans doute l'ancêtre le plus direct de
la clarinette. Aujourd'hui encore, le registre grave de la clarinette est
appelé registre du chalumeau. C'est à Johann Christoph Denner (1655-1707) que
l'on doit l'invention de la clarinette lorsque vers 1690, il ajouta au chalumeau
français le pavillon et deux clés d'importance majeure.

L'ajout de la « clé de 12e» permit de tirer parti de l'aptitude de
l'instrument au quintoiement, que les musiciens les plus doués pouvaient
provoquer par une modification de la position de l'embouchure. Le registre
atteint est alors celui dit du clairon et sa sonorité se rapproche de la
clarine, petite trompette du XVIIIe siècle, qui donna son nom à la clarinette.
Registres de la clarinette, notes lues pour les clarinettes en clef de sol.

À cette époque, l'instrument était manipulé via huit trous bouchés par les
doigts, ce qui permettait à l'instrumentiste de jouer la gamme depuis le fa
grave jusqu'au sol médium. La gamme ne se poursuivait sur le registre
supérieur qu'à partir du do, et se faisait donc avec un défaut de 2 notes sur
la gamme : le la et le si étaient absents de la gamme. La deuxième clef, celle
« du la », étend vers le haut le registre du chalumeau.

Le si est obtenu par quintoiement d'une note plus grave (le mi) grâce au
pavillon prolongeant la clarinette et l'ajout d'une clef actionnée par
l'auriculaire de la main gauche alors innoccupé. Il fait donc partie du
registre du clairon. La gamme (diatonique) est alors complète et le changement
de registre se passe sans discontinuité.

Dans l'état, l'instrument ne disposant pas d'une gamme chromatique complète,
il restait prisonnier de quelques tonalités particulières. Pour y remédier,
les musiciens disposaient de différents modèles de clarinettes, réalisés
chacun pour une tonalité spécifique. Les altérations pouvaient cependant
être obtenues par des doigtés fourches ne permettant pas une grande
virtuosité, et à la sonorité peu satisfaisante.