Motoneige

Une motoneige (également appelée scooter des neiges en France) est un petit
véhicule motorisé, mu à l'aide d'une ou deux chenilles, et équipé de skis
pour la direction. Inventée au Québec par Joseph-Armand Bombardier, elle s'est
répandue dans le monde entier.

Son terrain de prédilection, comme son nom l'indique, est la neige ou la glace.
Elle ne nécessite ni route, ni piste. Les motoneiges sont utilisées pour la
randonnée dans les régions urbanisées du sud des pays nordiques, et dans les
régions septentrionales de l'Amérique du Nord. Elles ont pratiquement
remplacé les traîneaux à chiens comme moyens de transport dans les
territoires arctiques.

Source

Qui au hasard a l'activité Motoneige dans son profil sur Coacto ?

joel caladrius clementski kayak54 isa nicolas34 rhum974 Yocelyn Emilie77 simbb

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Glisse



A savoir ...

Les premiers véhicules motorisés spécifiquement conçus pour la neige furent
les autoneiges, de lourds véhicules à cabine fermée, des Ford Modèle T 
modifiées où le train roulant était remplacé par des skis et des chenilles.
Bien qu'il ne fut pas le seul à y travailler, c'est Joseph-A. Landry qui fait
breveter l'invention en 1923, au Canada et aux États-Unis. Il avait transformé
une automobile et fait le voyage de 40 kilomètres entre Mont-Joli et Rimouski
avec son procédé. De 1924 à 1948, une centaine de véhicules de la même
série sont produits, surtout pour l'industrie forestière.

Mais c'est Joseph-Armand Bombardier, de Valcourt au Québec, qui a eu l'ambition
de faire de l'hiver une saison où il est aussi facile de se déplacer que
pendant les trois autres saisons. Durant l'hiver 1936-1937,, il vend ses
premières autoneiges B7 (B pour Bombardier et 7 pour sept passagers). Le B7
utilise son brevet du barbotin-chenille (29 juin 1937, brevet canadien no
367104), un engrenage recouvert de caoutchouc et des chenilles sur les roues
arrières. C'est ce système de traction partiellement en caoutchouc qui rend
instantanément tous les véhicules de Bombardier hautement plus efficaces sur
neige que tous les autres véhicules à chenilles de métal ayant pu être
inventés à l'époque. Le B7 est un succès, mais ce n'est pas assez pour
l'inventeur.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il produit de gros fourgons semi-chenillés
à bandes de caoutchouc renforcées de lames d'acier pour les troupes basés sur
son B-12 (1942). Ils servent ensuite d'ambulances, d'autobus scolaires et de
transport local en hiver en zone rurale au côté de la série des B (B-12 et
B-18). L'entrée en vigueur d'une loi québécoise obligeant les municipalités
à déneiger leurs routes coupe drastiquement ce créneau de vente. Les
Industries Bombardier se tournent alors vers le travail en forêt et produisent
de grosses chenillettes de transport. Plus tard, on produit des véhicules qui
servent à damer les pistes de ski et des petits comme chasse-neige de
trottoirs.