Ski

Le ski est un sport de glisse qui se pratique avec des patins longs et étroits
également appelés skis, fixés aux pieds. Principalement connu par le ski sur
neige, introduit dans les Alpes et les autres massifs européens, comme les
Vosges, la Forêt-Noire, le Jura, à la fin du XIXe siècle, il peut également
s'adapter sur toutes surfaces glissantes possédant une tension superficielle
non négligeable : l'eau, on parle alors de ski nautique, les roches comme le
sable, les prairies en pente, les sols couverts d'aiguilles de pin, de neige ou
de glace artificielles, les armatures en treillis couvertes de feutres ou de
textiles synthétiques des pistes en salle.

La pratique du ski sur la neige naturelle est évidemment dépendante de la
présence, de la résistance et de l'épaisseur du manteau neigeux. Celui-ci
varie en fonction principalement de l'altitude, de la saison et de l'exposition
au soleil, elles-mêmes fonction de la latitude, voire de la longitude, comme la
limite pluie/neige moyenne du milieu. Les stations de sports d'hiver ont été
aménagées dans des lieux propices à la pratique du ski et équipées de
remontées mécaniques, de canons à neige, etc.

Le ski est resté longtemps seulement un moyen de déplacement et un mode de
transport, communs pendant les longs hivers enneigés dans les pays nordiques,
les contrées sibériennes et les montagnes de l'Asie centrale. Le ski dit «
nordique » est originaire de Scandinavie, il regroupe aujourd'hui le ski de
fond et le saut à ski. Il existe aussi plusieurs techniques nordiques de ski de
randonnée et de descente, qui portent le nom de localités ou de contrées de
Norvège : le télémark, le christiana…

Le ski de descente dont la pratique à la mode, après des débuts moqués et
hésitants à la fin du XIXe siècle, fait fureur à la fin de la Belle Époque
sur les principaux massifs du monde entier, consiste à descendre des pentes de
déclivité variable. Ce loisir a conduit à la construction de sites équipés
de remontées mécaniques, générant un vaste secteur touristique, notamment
dans les Alpes. Ce sport s'est ainsi appelé en Europe ski alpin. Les skis de
descente sont plus larges que les skis de fond et le pied y est fixé à l'avant
comme à l'arrière.

Source

Qui au hasard a l'activité Ski dans son profil sur Coacto ?

azerty95 daniellecat MoCrazySmile nicoplk bacfree ptimehdi06 odyssud31 nicolas34 Alek pitt023

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Glisse



A savoir ...

Le mot français ski(e) survient dès 1841, par l'intermédiaire de la simple
lecture défectueuse, comme l'atteste sa prononciation spécifique, peut-être
par l'anglais ou l'allemand, du mot norvégien ski, prononcé [ʃi]. Le mot
français skie paraît hésiter entre féminin et masculin. En 1841, il est
plutôt du genre féminin. En 1876, après son entrée au dictionnaire de Pierre
Larousse, il adopte le genre masculin. En 1891, il perd son e final et devient
ski.

Le terme norrois, langue à l'origine du rameau des langues scandinaves, ski
remplace le mot patin en usage depuis le siècle des Lumières. Le
vieux-norvégien skidh désigne une billette de bois, une chaussure ou une
raquette pour la neige. Le verbe norrois skidh, c'est-à-dire briser ou fendre,
s'apparente au grec schizein, fendre, au latin scridere, scinder, provoquer la
scission, au gothique skaider, séparer. En norvégien, ski signifierait morceau
de bois.

Il n'est toutefois pas à exclure que le terme norrois soit né d'un
rapprochement avec un mot onomatopée d'une langue non indo-européenne, le
finnois de Scandinavie aujourd'hui disparu au sud. Les dialectes finnois proches
de la mer Baltique emploient les termes suhsi, suksi, suks, sohs. Les Toungouzes
de Sibérie orientale connaissent suuksildae, huksille... D'une manière
générale, les peuples du Nord euro-asiatique, Zyrianes, Sames, Vogoules,
Ostiaks, Samoyèdes connaissent l'art du ski et le pratiquent beaucoup plus
assidûment que les scandinaves méridionaux. Le passage d'un groupe de skieurs
génère des sons de frottements chuintants ou doucement susurrants selon la
nature et la consistance de la piste glacée ou enneigée. L'art du ski aurait
été appris par les premiers Germains scandinaves, locuteurs du norrois
primitif, mais leur maîtrise technique du travail du bois et du métal leur ont
permis d'assimiler le vocable fenno-scandinave et de fabriquer plus aisément
l'ustensile.

Les sagas norvégiennes décrivent les exploits d'Ullr, le dieu lumineux du ski
et de Skadi, la déesse aux raquettes qui préside à la mort froide. En
réalité, ces deux divinités du panthéon nordique sont les derniers géants
de la montagne, qui témoignent d'un monde disparu. Les rois mythiques de
l'ancienne Norvège privilégient ce mode de déplacement pour des raisons
rituelles, mais se révèlent aussi d'habiles skieurs. Parmi ces rituels, le
saut à ski est un acte de bravoure.