Haltérophilie

L'haltérophilie est un sport  consistant à soulever des poids. Dans sa forme
moderne, c'est un sport de force nécessitant également maîtrise d'une
technique particulière, vitesse, souplesse, coordination et équilibre.

En compétition, deux mouvements sont évalués : l'arraché et
l'épaulé-jeté. L'athlète dispose de trois essais pour chaque mouvement. La
somme du meilleur essai réalisé par l'athlète à l'arraché et du meilleur
essai à l'épaulé-jeté donne le total olympique. L'athlète ayant le meilleur
total olympique de sa catégorie de poids de corps l'emporte.

L'haltérophilie est à l'heure actuelle l'unique sport de force inscrit au
programme des Jeux olympiques. C'est un sport universel, pratiqué dans un très
grand nombre de pays, mais c'est en Grèce, en Arménie, en Turquie et en
Bulgarie qu'il est le plus populaire. La Russie, l'Iran, la Chine et les pays
d'Europe de l'Est comptent également beaucoup d'haltérophiles de très haut
niveau.

La « force athlétique » dont les pratiquant se nomment « dynamophiles »
(powerlifting en anglais) est une autre forme de lever de poids qui consiste
également à lever des barres, mais qui se distingue par ses mouvements plus
basiques et où les charges sont plus lourdes.

Source

Qui au hasard a l'activité Haltérophilie dans son profil sur Coacto ?

coachmicka

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Force



A savoir ...

Les tentatives d'évaluation de la force physique des hommes sont très
anciennes. Les épreuves traditionnelles de force en sont aujourd'hui les
témoins encore bien vivants.

À partir du XIXe siècle, certains hommes forts acquièrent une grande
notoriété et popularisent les poids et haltères, notamment en Allemagne, en
Autriche et en France. Dès lors, on tente de codifier les poids et les
mouvements afin de pouvoir comparer et classer les performances des athlètes.
Des clubs d'haltérophile voient le jour en Allemagne dès le début des années
1880 mais c'est à Londres que se tient en 1887 le premier concours. Les
premiers championnats d'Europe sont organisés à Rotterdam en 1896.

L'haltérophilie est présente dès les premiers Jeux olympiques modernes, aux
Jeux olympiques d'été de 1896. Deux épreuves sont alors au programme : le
levé à un bras et le levé à deux bras. Absente aux Jeux olympiques d'été
de 1900, l'halérophile retrouve le programme olympique aux Jeux olympiques
d'été de 1904.

Lors des concours des Jeux olympiques d'été de 1920, les mouvements sont
l'arraché à un bras, l'épaulé-jeté à un bras et l'épaulé-jeté à deux
bras. Aux Jeux olympiques d'été de 1924, les mouvements à un bras
disparaissent de la compétition au bénéfice de trois mouvements à deux bras
: le développé, l'arraché et l'épaulé-jeté. Enfin, depuis 1972 le
développé est également abandonné pour deux raisons : d'une part, les
haltérophiles « trichaient » en se courbant en arrière au risque de se
blesser et d'autre part cela a permis de diminuer la durée des compétitions
sans oublier que ce dernier mouvement ne rejoignait en aucun cas les muscles et
la préparation physique des deux autres mouvements.

Les compétitions féminines datent des années 1980 et sont présentes aux Jeux
olympiques depuis les Jeux olympiques d'été de 2000. Les premières
compétitions féminines sont créées en 1947 et les championnats du monde
ouvrent leurs portes aux femmes en 1986.

Les premières catégories de poids apparaissent en 1905. Elles sont désormais
au nombre de huit pour les hommes et sept pour les femmes.

Les problèmes de dopage ont sévèrement touché cette discipline. Avant les
championnats du monde de 1995, 64 cas de dopage avérés sont signalés... Le
CIO met alors la Fédération internationale devant ses responsabilités,
menaçant même d'exclure l'haltérophilie du programme olympique. Les
contrôles deviennent draconiens, les fautifs suspendus et tous les records sont
annulés. Malgré cette politique de sévérité, les problèmes de dopage
subsistent.