Alpinisme

L'alpinisme est une pratique sportive de la haute montagne qui repose sur
différentes techniques de progression.

Source

Qui au hasard a l'activité Alpinisme dans son profil sur Coacto ?

Calédonia josc Chouchou bybidge max Victor34 Lio75 bacfree pitt023 manu

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Plein air et nature



A savoir ...

L'ascension en haute montagne alpine a été depuis longtemps pratiquée, comme
en témoigne Ötzi entre 3 350 et 3 100 av. J.-C. ou les habitants des Alpes, en
particulier les chasseurs de chamois et les cristalliers. Bien qu'ils soient
victimes d'ostracisme (c'était un sacrilège d'accéder à la haute montagne,
lieu maudit), ce sont eux qui ont accompagné les topographes militaires sur les
sommets au début du XIXe siècle. Beaucoup de leurs premières ascensions n'ont
sans doute pas été enregistrées, ce qui a laissé le champ libre aux
touristes pour déclarer leurs premières dans le cadre d'un alpinisme sportif
et médiatisé.

     * Empédocle au Ve siècle av. J.-C. ou l’empereur Hadrien au IIe siècle
montent au sommet de l'Etna.
     * Dans une lettre à son ami Francesco Dionigi, Pétrarque prétendit avoir
gravi le mont Ventoux le 26 avril 1336 accompagné de son frère et de deux
serviteurs, « poussé seulement par le désir de visiter un lieu renommé pour
son altitude ».
     * En 1492, le mont Aiguille a été gravi par Antoine de Ville sur ordre de
Charles VIII de France. Parti avec dix hommes, il fait appel à un huissier pour
notifier l’exploit. Il s'agit de la première ascension ayant eu recours à
des techniques d'alpinisme.
     * Le 20 septembre 1770, les frères Deluc, savants genevois, atteignent les
premiers le sommet du mont Buet (ils avaient précédemment échoué en 1765).
On considère cette épopée comme la première ascension en haute montagne dans
les Alpes.
     * On considère généralement que l'alpinisme a été inventé par
Horace-Bénédict de Saussure lorsqu'il proposa en 1786 une prime au premier qui
gravirait le mont Blanc, appelé la « montagne maudite » : le 8 août 1786, le
guide Jacques Balmat et le docteur chamoniard Michel Paccard parviennent pour la
première fois au sommet du mont Blanc. C'est le récit de l'ascension de
Saussure le 3 août 1787 qui donne l'élan européen à l'alpinisme.
     * Dès le XIXe siècle, des « bourgeois éclairés » et aristocrates de
Grande-Bretagne (où la culture du sport est forte et l'accessibilité des Alpes
facilitée par les chemins de fer) s'élancent vers les sommets, suivis par les
Allemands, les Autrichiens, les Suisses et les Français (dont Marie Paradis,
première femme au sommet du mont Blanc le 14 juillet 1808). Dans
l'entre-deux-guerres, ils prennent l'assaut des cimes alpines dans un esprit de
compétition internationale. Et souvent mortelle.

L'alpinisme prit ensuite son essor au XIXe siècle sous l'impulsion de
grimpeurs, en majorité de nationalité britannique :

     * Edward Whymper ;
     * Albert F. Mummery ;
     * William Auguste Coolidge qui était, lui, américain ;
     * Frederick Gardiner ;

qui tous ont laissé leur nom lié à des "premières" et à des
sommets alpins (pointe Whymper aux Grandes Jorasses, pic Coolidge dans le massif
des Écrins…). Ces riches anglais étaient le plus souvent accompagnés de
guides français, italiens ou suisses.

     * Les « bourgeois éclairés » et aristocrates créent les premiers clubs
alpins entre 1857 et 1874, d’abord en Angleterre (l'Alpine Club) puis en
Suisse, en Italie, en Allemagne, en Autriche, en Pologne et enfin en France en
1874. Ces clubs « définissent des usages en matière d’excursion, organisent
les compagnies de guides, construisent des refuges, améliorent la qualité des
hébergements, rédigent des notices scientifiques, inventent une littérature
de voyage et réussissent ainsi à promouvoir, auprès de leurs contemporains,
une forme de tourisme alpin à la fois cultivé et mondain ». Les clubs
continentaux ont plutôt une démarche d'aménagement de la montagne alors que
les clubs brittaniques ont une vision transfrontalière des Alpes qu'ils voient
comme un terrain de jeu (ainsi l'ouvrage de Leslie Stephen en 1871
s'intitule-t-il Le Terrain de jeu de l'Europe). Dans le Club alpin français
(CAF) créé en 1974, les femmes ne représentent que 1 % des alpinistes, tout
comme en 2009. Et on n'en compte que 18 sur 1 468 guides de haute montagne en
France. C'est seulement depuis les années 1920 qu'elles prennent la tête de
cordées et depuis les années 1960 qu'elles peuvent gravir les sommets sans
leur mari.

     * Les deux derniers grands sommets vierges des Alpes sont gravis en 1865
(Whymper atteint pour la première fois le sommet du Cervin), puis le 16 août
1877 : E. Boileau de Castelnau avec les Gaspard père et fils réalisent la
première ascension de la Meije. Tous les grands sommets des Alpes ont donc
été conquis : c’est le début de l’alpinisme sportif (dont l'alpinisme
hivernal). La démocratisation des clubs conduit les bourgeois et aristocrates
brittaniques, à partir des années 1950, à déplacer leur terrain de jeu vers
les montagnes de l'Himalaya appartenant à leur Empire des Indes. Mais là
aussi, dans les années 1970, la démocratisation de l'alpinisme s'opère..