Babyfoot

Le baby-foot ou babyfoot (faux anglicisme), kicker (en Belgique) ou table de
soccer (au Québec), est un football  (soccer) de table qui se joue
généralement à deux équipes de deux et parfois à un contre un. La table,
nommée elle aussi baby-foot, est constituée d'un plateau représentant le
terrain, au-dessus duquel se déplacent huit barres qui supportent les onze
figurines de chaque équipe appelées joueurs. Chaque côté peut ainsi
actionner quatre barres :

    – une barre supportant trois avants (elle fait face aux défenseurs
adverses) ;
    – une barre supportant cinq demis correspondant aux milieux de terrain
(elle fait face aux demis adverses) ;
    – une barre supportant deux défenseurs (elle fait face aux avants
adverses) ;
    – une barre supportant le gardien de but (aux É.-U. cette barre supporte
3 joueurs, notamment sur les tables Tornado et Warrior).

À chaque extrémité du plateau, le but est abrité par une cage, derrière
laquelle est fixé le boulier servant au décompte des points. La balle peut
être en liège ou en plastique. Assez fréquemment les coins de la table
comportent des cendriers.

Source

Qui au hasard a l'activité Babyfoot dans son profil sur Coacto ?

Bigoulilou pacorayban yacine Yoki meliza92 themaskedbear pouetkoin

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Collectif



A savoir ...

L’invention du baby-foot n’est pas précisément déterminée. Il semblerait
qu’il ait été inventé simultanément en France et en Allemagne dans les
années 1880-1890. De nombreux brevets ont été déposés dès le début du XXe
siècle. Certains historiens disent que le baby-foot aurait été inventé par
Lucien Rosengart et ou par le poète galicien Alejandro Finisterre (es) en 1937.
Cependant, il existe de nombreux brevets ou dessins largement antérieurs à
cette date.
Baby-foot au Sénégal

Il est joué dans pratiquement le monde entier. Des compétitions régionales,
nationales et internationales sont organisées chaque semaine.

Dans certains pays, le nombre de joueurs participant régulièrement aux
compétitions régionales et nationales est assez important, comme en Italie (20
000), en Espagne (10 000), en Belgique (7 000), en Allemagne, en Suisse ou en
France (1 000). Les gains aux vainqueurs allant parfois jusqu'à plusieurs
milliers de dollars ou d'euros pour les compétitions les plus importantes.

Il existe un grand nombre de tables de jeux, entre autres parce que le jeu
s’est développé de manière désorganisée. Chaque région ou pays a sa
propre table de jeux, ses propres règles. Depuis plusieurs années, l’ITSF
(International Table Soccer Federation) tente d'harmoniser les règles
officielles, et de les appliquer lors des compétitions internationales,
notamment par la sélection de 5 tables officielles. Ces 5 tables sont
actuellement (en 2008) la Tornado, la Bonzini, le Tecball, la Garlando et la
Roberto Sport. Sur chacune de ces tables sont disputés tous les ans un
championnat du monde regroupant un grand nombre de joueurs et de nations. Les
joueurs les mieux classés lors de ces compétitions sont ensuite qualifiés
pour le Championnat du Monde multitable considéré comme la consécration
ultime de la discipline.

Lors de chacune des compétitions ITSF sont organisées plusieurs catégories
(simple homme, double homme, double mixte, simple femme, double femme, simple
junior, double junior, vétérans, etc.). Chacune de ces catégories allouant
des points pour les classements mondiaux respectifs. Des compétitions par pays
y sont également organisées, les meilleures nations étant actuellement dans
l'ordre l'Allemagne, la Belgique, la République tchèque, les États-Unis,
l'Autriche et la France.

Le meilleur joueur au monde est le Belge Frédéric Collignon (né en 1975),
numéro 1 mondial depuis de nombreuses années. Il gagne depuis 1999,
pratiquement tous les grands championnats internationaux – en simple et en
double – que ce soient les championnats du monde à Paris et aux États-Unis
ou les championnats d’Europe en Suisse, en Autriche ou en Belgique. Il est le
seul joueur au monde à avoir gagné sur toutes les tables reconnues par
l’ITSF, aux États-Unis comme en Europe. Depuis 1991, sur tous les tournois
auxquels il a participé, il n'y a qu'à quatre reprises où il n'a pas gagné
le tournoi en open simple (pour 15 fois en open double). Il totalise
actuellement 118 titres en simple et 306 titres en double, parmi lesquels une
cinquantaine de titres de champion du monde.

Considéré comme sport à part entière par grand nombre de ses pratiquants,
l'ITSF tente actuellement d'être reconnu par le Comité international
olympique.