Boxe thaïlandaise

La boxe thaï ou le muay thai (thaï: มวยไทย, « boxe [du peuple]
Tai »), parfois appelée boxe thaïlandaise, est un art martial et un sport de
combat, créé pour les militaires thaïlandais au XVIe siècle. Il est classé
en Occident parmi les boxes pied-poings (BPP), c’est-à-dire les boxes dites
« sportives ».

La boxe thai trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales,
notamment dans ce qu’on appelle en Occident le muay boran (boxe
traditionnelle) et du krabi krabong (pratique avec les armes) qui, tout comme la
boxe thaïlandaise, nécessitent des aptitudes physiques telles que souplesse,
réflexes, puissance et force, mais aussi des aptitudes mentales comme la
volonté et le courage.

La boxe thaïlandaise est pratiquée dans le monde entier.

Source

Qui au hasard a l'activité Boxe thaïlandaise dans son profil sur Coacto ?

ManyMan damien Fase MorGane nico5969

Les rejoindre sur Coacto

retour à la catégorie Arts martiaux et sports de combat



A savoir ...

La genèse, l'histoire ancienne et l'image du muay thai sont présentés d'une
manière standardisée dans une abondante littérature en Thaïlande. Les
données historiques les plus anciennes, qui attesteraient de pratiques de boxe
avant le XIXe siècle, sont inspirées principalement par les chroniques
royales, ayant subi plusieurs travaux de réécriture (notamment sous Rama Ier,
suite à des destructions au XVIIIe). Il est donc difficile de confirmer
l'historicité des légendes et de la genèse du muay thai. De même, il ne faut
pas ignorer la forte teneur idéologique, notamment nationaliste, qui préside
en Thaïlande à la présentation des origines du muay thai (et du muay boran),
son histoire ancienne, et son image contemporaine.

Selon la tradition, en 1411, à la mort du roi Sen Muang Ma, ses deux fils Ki et
Fang voulurent s'emparer du pouvoir. Comme leurs armées respectives
n'arrivaient pas à se départager sur un champ de bataille, ils décidèrent de
régler leur conflit par un duel. Chaque camp choisit son meilleur boxeur.
Finalement, l'homme de Fang fut battu, et Ki monta sur le trône. La technique
de combat de son « boxeur » fit école…

La légende raconte qu'en 1767, en pleine guerre birmano-thaïlandaise, Naï
Khanom Tom, soldat et boxeur fut prisonnier du camp adverse et opposé à dix
champions birmans qu'il mit KO. Devenu héros national, les Thaïlandais lui
rendent hommage chaque année à l'occasion de la "Nuit des boxeurs".

Au XVIe siècle, le Muay Thaï faisait partie de l'entraînement militaire. Il
atteignit son plus haut degré de popularité au début du XVIIIe siècle, sous
le règne de Pra Chao Sua, "le Roi Tigre". C'était le passe-temps
favori de la population ; chaque village organisait des combats régulièrement.
Le roi, qui était un boxeur de première force s'amusait à défier les
champions locaux ! À l'époque les combattants protégeaient leurs poings en se
bandant les mains avec du crin de cheval. Plus tard, le crin fut remplacé par
des bandes de coton maintenues avec de la glu. On se servait de coquillages ou
d'écorces d'arbres, comme coquille ! Parfois, avec l'accord des deux boxeurs,
des morceaux de verre pouvaient être amalgamés dans la glu des bandages.